Labex Arts-H2H

Le Laboratoire d’Excellence Arts et Médiations Humaines – Labex Arts-H2H – fédère 14 partenaires dont le cœur des recherches concerne les relations entre Arts, techniques, science et société. L’INREV a pu ainsi développer des collaborations de recherche sur des projets interdisciplinaires en s’appuyant sur la dynamique lancée par le Labex Arts-H2H. Pour la période 2013-2017, 7 projets de recherche ont été développés au sein du Labex Arts-H2H.

 

     

2015-2018, projet « Le Corps infini »

Ce projet porté par sept partenaires : Compagnie Ki Productions, ENS Louis-Lumière (Paris), Académie Fratellini (Paris), ENSAD Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs (Paris), 3 laboratoires de l’Université Paris 8 (Saint-Denis) : INREV-AIAC, EA 4010 ; CICM - Esthétique, musicologie, danse et création musicale - EA 1572 ; Scènes du monde, création, savoirs critiques - EA 1573. Membres INREV du projet : Chu-Yin Chen, Dionysis Zamplaras & Swann Martinez.
La recherche porte sur l’expérience du mouvement en l’absence de gravité, restituée à travers le corps d’un circassien aérien. Elle vise également à créer une perception inédite du corps en apesanteur dans l’espace scénique du cirque. Ce projet associe cirque, image, son, création numérique et textile autour du corps comme médium afin de questionner les relations corps réel et projeté. En 2016, l’INREV a développé des applications tablettes de scénographie augmentée qui suivent les mouvements de la cordeliste et procurent une approche alternative dans la perception de la performance. Puis en 2017, l’INREV a exploré les dispositifs de réalité virtuelle permettant au public de s’immerger dans l’expérience spécifique du corps aérien selon le point de vue empathique de l’artiste circassien. Site projet


 

2014-2017, projet « Art numérique et Postérité »

Ce projet porté par trois partenaires, l’équipe INREV (Chu-Yin Chen, Marie-Hélène Tramus, Vincent Meyrueis, et les doctorantes Céline Thomas, Laetitia Perez et Tsovinar Banouchian et l’IGE Adèle Sicre), la Bibliothèque nationale de France (Louise Fauduet - porteuse -, Marie Saladin, Elodie Bertrand, Jean-Philippe Humblot, et les masterantes Zoé Deurloo-Maka, Gabrielle de Saint Léger, Nola N’Diaye, Catherine Helmer, Julie Milhiet, Camille Garnier, Juliette Fattal) et le Living Art lab (Florent Aziosmanoff). Ayant pour objectif de contribuer à la pérennité de la création numérique, ce projet a conduit à l’élaboration d’un modèle de description des œuvres numériques en vue de leur préservation ; ce modèle est utilisé par la BnF pour son corpus d’œuvres. Cette recherche a vocation à se poursuivre dans une perspective d’opérationnalité du modèle (base de données et web sémantique) et d’une extension internationale de la recherche. 2 colloques internationaux réunissant artistes, conservateurs de musée et de bibliothèque, commissaires d’exposition et chercheurs ont été organisés en 2016 et en 2017. Site projet


 

2015-2017, projet « Scène Augmentée »

Participation au projet Scène Augmentée réunissant l’université Paris 8 (Laboratoire Scènes du Monde, création, savoirs critiques EA 1573), l’université Paris Nanterre (Histoire des arts et des représentations, EA 4414), le Conservatoire national supérieur d’art dramatique (CNSADet la BnF. Membres INREV du projet : Cédric Plessiet. Dans le côtoiement des corps de chair avec des corps synthétiques ou hybrides, et dans le croisement du monde du masque de la neo-commedia dell’arte et du monde des avatars virtuels, cette recherche-création s’est consacrée à produire une réflexion organique sur les changements théâtraux. De ces transferts d’idées ont émergé 3 pièces de théâtre présentées, et un colloque international en décembre 2017. Lors de ce projet, 8 ateliers pratiques ont été réalisés sur la plateforme logicielle AKeNe, développée par l’INREV, comme outil de recherche et d’enseignement novateur pour la création et la pratique théâtrale expérimentale au sein du département théâtre de l’université Paris 8 et aussi à l’université de Warwick en Angleterre.


 

2012-2015, projet « CIGALE : Capture et Interaction avec des Gestes Artistiques, Langagiers et Expressifs »

2012-2015, le projet interdisciplinaire CIGALE (Capture et Interaction avec des Gestes Artistiques, Langagiers et Expressifs), soutenu par le Labex ARTS-H2H, a consisté en une recherche sur l’interaction gestuelle improvisée entre un acteur humain et un acteur virtuel basée sur le développement d’une plateforme multi-agents en réalité virtuelle. Quatre bases de données gestuelles d’une grande diversité sémiotique ont été enregistrées par capture de mouvement. Des patrons extraits de ces bases alimentent un moteur de comportement qui reconnait la gestuelle d’un acteur réel et produit celle d’une entité virtuelle, lors de l’interaction. Un générateur paramétrable appliqué aux gestes (gestes virtuels par algorithme génétique) complète les bases de données de gestes enregistrés, dans une interface de contrôle en temps réel. Des expérimentations d’interactions ont permis de modéliser des comportements en usage dans un dialogue gestuel et de les implémenter dans le moteur de comportement de l’entité virtuelle. Au cours l’interaction entre le spectateur et l’acteur virtuel émergent une grande variété de dialogues singuliers. Au-delà des gestes significatifs, une gestualité expressive apparait qui invente des dialogues gestuels improvisés

Il a réuni pendant quatre ans de nombreux chercheurs, ingénieurs, artistes relevant de différents domaines : en art numérique, l’équipe de recherche Image Numérique et Réalité Virtuelle du laboratoire Arts des Images et Arts Contemporain (AIAC - EA 4010) de l’Université Paris 8 (Chu-Yin Chen, Marie-Hélène Tramus, Judith Guez (IGE), Chen-Wei Hsieh (IGE), Dimitrios Batras (IGE) et Jean-François Jégo (IGR), et les masterant.e.s Florine Fouquart, Nefeli Georgakopoulou, Isabelle Lemaux, Guillaume Metais Lannaud), en linguistique, l’UMR 7023 Structures Formelles du Langage, en théâtre, le Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique, en poésie en langue des signes, l’association Arts résonances en capture de mouvement, le Laboratoire d’analyse du mouvement et la société Solidanim. Site projet 

Vidéos d’interactions : Exploration  ; Rencontre  ; Harmonie 


 

2013-2015, projet « Bande de Möbius.  Perception et Déséquilibre dans l’espace acoustique »

Dans le cadre du LABEX Arts-H2H, ce projet art-science a été porté par Marlène Puccini, enseignante-chercheuse de l’équipe INREV avec le CNRS-LMA, Marseille, Institut des Sciences du Mouvement - Marseille, et l’ENS Louis-Lumière. Il a traité de la perception et du déséquilibre dans l’espace acoustique. Pour le CNRS-LMA, les questions scientifiques élémentaires abordées ont visé à démontrer l’existence d’une influence du son sur la posture en situation d’immersion sonore et à dégager les premiers élements d’un modèle conceptuel. Un dispositif de spatialisation sonore multi haut-parleurs a été développé, ainsi qu’un programme de spatialisation du son ayant pour rôle de gérer des trajectoires de forme Möbius. Il a donné lieu à la création d’une installation artistique présentée lors du 10ème symposium international "Computer Music Multidisciplinary Reseach" (CMMR_2013), et exposée à la fondation Vasarely du 7 au 27 décembre 2017. Site projet.


 

 

2013-2015, projet « Lumen, La lumière en images de synthèse au regard des pratiques cinématographiques »

Partant de préoccupation commune autour de l’éclairage d’une scène et d’une volonté de partage de pratique, ce projet a associé l’équipe INREV du laboratoire AIAC de l’université Paris avec ENS Louis Lumière par l’intermédiaire de deux chercheurs travaillant, chacun à leur façon, sur la lumière : d’un côté, l’univers du plateau de cinéma où Arthur Cloquet, chef-opérateur, crée l’ambiance retranscrivant la mieux la volonté d’un metteur en scène ; de l’autre, un espace 3D virtuel, dans lequel Anne-Laure George- Molland, enseignante chercheuse, dispose des spotlights invisibles pour éclairer des modèles polygonaux. L’objet de cette recherche a été d’étudier les méthodes de rendu, et plus spécifiquement d’éclairage, proposées par les logiciels de synthèse 3D au regard des outils et du travail du chef-opérateur pour en faire surgir des spécificités et des potentialités esthétiques qui lui sont propres. Elle a donné lieu à plusieurs workshops et une journée d’étude. Site projet


 

2012-2013 projet « Les Mystères de la Basilique, un jeu à réalité alternée, nouveau support de création transmédia »

Ce projet porté par Karleen Groupierre et Edwige Lelièvre, doctorantes de l’équipe INREV (responsable scientifique Marie-Hélène Tramus), et par Karen Guillorel, étudiante du cycle de recherche de l’ENSAD-Lab EN-ER, (responsable scientifique, François Garnier) en collaboration avec l’Unité archéologique de Saint-Denis, le Centre de Monuments Nationaux, le Musée d’Arts et d’Histoire de Saint-Denis, la mairie de Saint-Denis, Plaine-Commune. Il s’agit d’étudier l’impact en termes d’immersion, les nouvelles formes de création et de communication, les nouvelles possibilités d’écriture offertes par l’utilisation simultanée et transversale des différents espaces réels et numériques au sein des ARG (jeux à réalité alternée), mais aussi d’explorer les possibilités créées en termes de collaboration et en termes de médiation culturelle par une hybridation entre les ARG et des systèmes ludiques issus des univers persistants. Site projet